À propos

      

  

Dianova International, statut consultatif auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies

Depuis juillet 2007, le Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC) a accordé le statut consultatif spécial à Dianova International grâce à son engagement dans trois des domaines d’intérêt des Nations Unies : les addictions, la jeunesse et l’éducation.

A quoi sert le statut consultatif ?
Les organisations non gouvernementales peuvent établir une collaboration fructueuse avec les Nations Unies par l’intermédiaire du "statut consultatif" auprès du Conseil Economique et Social (ECOSOC), l’un des organes principaux de l’ONU. En effet, dans l’objectif de réaliser au mieux sa mission, l’ECOSOC fait appel à diverses ONG dont les domaines d’activités et la qualité d’expert peuvent contribuer aux objectifs et aux programmes de travail des Nations Unies.

En termes concrets, le statut consultatif spécial accordé à Dianova International lui permet d’assister aux réunions de l’ECOSOC et de ses différents organismes secondaires, de soumettre des rapports écrits, voire même d’intervenir oralement. Le statut permet aussi d’assister aux conférences internationales organisées par les Nations Unies, ainsi qu’aux sessions spéciales de l'Assemblée Générale des Nations Unies et des autres organismes inter-gouvernementaux.

Les activités de Dianova en lien avec l’ONU
La mission de Dianova est de s’engager pour le progrès social et l’autonomie des personnes. Dans cette perspective, les organisations membres du réseau Dianova développent un grand nombre d’initiatives correspondant à dix-neuf des domaines d’activités des Nations Unies, parmi lesquelles:

  • L’accueil, le traitement et la réintégration des usagers de drogues
  • La prévention des comportements à risques (addictions, délinquance, décrochage)
  • Le développement personnel des jeunes
  • L’accès à l’école et l’éducation (primaire et secondaire)
  • L’intégration des personnes sans domicile
  • L’accès au logement convenable et durable
  • L’accueil et l’intégration des jeunes de la rue
  • L’égalité de genre

Près d’une vingtaine de programmes sont ainsi développés chaque année par les membres du réseau Dianova, dans douze pays d’Europe, d’Amérique du Sud et d’Amérique du Nord. Environ 5 000 personnes en bénéficient chaque année, pour un budget d’environ 15 millions d’euros. Par exemple :

  • Au Nicaragua, un programme développé avec le gouvernement permet l’accès à l’école à des enfants et adolescents défavorisés, avec un soutien social adapté à leur situation. En 2008, ce programme a bénéficié à plus de 300 élèves (école primaire et secondaire).
  • En Espagne, des programmes éducatifs s’adressent à deux groupes d’adolescents à risque d’exclusion: les adolescents en situation d’inadaptation sociale, usagers de drogues, délinquants ou à risque de l’être ; et les mineurs étrangers isolés, pareillement exposés, mais ne disposant d’aucun entourage social ou familial sûr.
  • Aux Etats-Unis, un programme de développement personnel et d’éducation à l’environnement vise le développement des habiletés personnelles des jeunes afin de renforcer leurs facteurs de protection vis-à-vis des risques sociaux (décrochage scolaire, abus de drogues, etc.)
  • Au Canada, un programme d’accueil de personnes sans domicile vise à favoriser leur insertion sociale et à promouvoir une meilleure acceptation du phénomène du sans-abrisme (itinérance) dans la société.
  • Au Chili, les femmes dépendantes de substances sont accueillies avec leurs enfants dans un programme résidentiel autorisant un processus de traitement intégral, associant thérapie et développement des capacités de parentage (renforcement du lien mère-enfant, soins, éducation, nutrition, etc.)

 « Au-delà de la reconnaissance du travail réalisé par nos organisations membres, l’octroi du statut consultatif représente une opportunité unique de développer un vrai travail avec les différents états membres de l’ONU et avec d’autres ONG, car nous croyons fermement à la mise en commun des compétences.

« L'expérience de Dianova dans douze pays nous apporte une perspective pluriculturelle très précieuse: chaque jour, nous apprenons quelque chose de nouveau sur le terrain et nous utilisons ensuite ce qui fonctionne le mieux, en fonction des personnes, mais aussi en fonction des sensibilités culturelles

« C’est pourquoi nous attendons beaucoup de ce rôle de 'consultant' auprès de l'ECOSOC: nous voulons partager ces différentes sensibilités et participer au processus de décision au niveau international."

Montserrat Rafel, directrice de Dianova International