Dépendances

      

  

Sites d'injection supervisée

le site d'injection supervisée InsiteLes sites d'injection supervisée (1) sont des espaces d’accueil réservés aux usagers de drogues intraveineuses parmi les plus marginalisés. Les usagers peuvent s’injecter les substances qu’ils apportent eux-mêmes, dans un lieu protégé avec un matériel hygiénique. Les salles d’injection constituent aussi des lieux de contact avec les usagers, par le biais desquels des intervenants peuvent leur transmettre des informations de prévention, leur communiquer des adresses de ressources d’aide, etc.

Les salles d’injection ont une capacité relative de réduction des méfaits, étant donné que l’usager apporte lui-même la substance, achetée au marché noir et donc susceptible d’être adultérée.
En tant que ressource prise isolément, l’efficacité des salles d’injection est très limitée. Ces dernières devraient donc être toujours associées à un autre programme de réduction des méfaits afin de contribuer à augmenter l’efficacité du programme dans son ensemble. 

Les programmes de réduction des méfaits sont fondés sur une nécessaire diversité. Cependant, nous considérons que ces programmes doivent faire l’objet d’une attention particulière afin d’assurer :

  • Que l’orientation d’un usager vers un programme de réduction des méfaits soit le fruit d’une évaluation précise, qui prenne en considération les aspirations et les besoins de la personne… et non pas parce que le programme est la seule ressource disponible et/ou la moins chère.
  • Qu’ils soient arrimés et utilisés en synergie afin de faire progresser la motivation et les capacités des usagers dans le but de les orienter vers d’autres programmes, plus exigeants, lorsqu’ils y sont préparés.
  • Que les fondements théoriques des programmes soient en phase avec leur application pratique. Par exemple : s’assurer que le programme possède les ressources nécessaires et suffisantes pour atteindre à la fois les objectifs sanitaires et psychosociaux prévus.

(1) L’argot de la rue utilise le terme piqueries pour désigner ces ressources, souvent confondues avec les programmes de substitution par héroïne. La connotation négative de ce terme est très forte et associe directement les salles d’injection au commerce des drogues.