Dépendances

      

  

Projet Répit Urbain

 

Le projet Répit Urbain, est un projet d’accueil visant le développement des connaissances et des compétences personnelles des personnes itinérantes ou à risque d’itinérance dans une perspective de réinsertion sociale à bas seuil d’exigences.

Le programme en pdf (version simplifiée 2 pages)

Les besoins

La vie des personnes itinérantes ou à risque d’itinérance représente des risques considérables liés dont celui d’être contaminé par des maladies graves, d’être victime de violences physiques et psychologiques ou de mourir d’une overdose. 
La décision de changer de mode de vie, de réduire ou de cesser leur consommation de drogues, provient souvent d’un élément déclencheur, comme la mort d’un proche, la crainte de représailles physiques ou encore la perte des illusions, entre temps il peut s’établir chez certaines personnes une ambivalence sur la décision à prendre, s’agissant de rester dans la rue ou de tenter d’en sortir. 

La réponse

Le projet « Répit Urbain » propose de tirer partie de cette ambivalence en proposant une solution temporaire, une manière de souffler, un répit dans un court séjour structuré, dans un environnement calme. Le séjour structuré pallie les conditions habituellement associées au mode de vie de la rue par l’apprentissage d’habitudes de vie plus saines fondées sur les activités de groupe, le sport, une nutrition équilibrée. Le projet « Répit Urbain » vise par ailleurs à maximiser le séjour en agissant sur les facteurs de risques et les facteurs de protection par le biais d’activités visant à accroître les connaissances des jeunes en matière de psychotropes, de pratiques sexuelles plus sécuritaires, de modes de transmission des maladies transmises sexuellement et par le sang, particulièrement les virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et de l’hépatite C (VHC). Par ailleurs, les éléments clés susceptibles d’influencer positivement le désir de changer de mode de vie et d’abandonner la toxicomanie sont abordés dans le projet par le biais d’activités visant le développement des compétences quant aux relations interpersonnelles, l’estime de soi, la gestion de la colère et la résolution de problèmes. 
A l’issue du projet résidentiel, le suivi des bénéficiaires est assuré par les partenaires de Dianova ayant effectué le recrutement par le biais de rencontres et l’administration de questionnaires destinés à évaluer les changements d’activités, de comportements et de perception dans un contexte de réinsertion sociale.

Données existantes

Dianova a déjà mené d’autres expérience de groupes de Répit en collaboration avec des organismes de Montréal tels Dans la rue, Spectre de rue, Old Brewery Mission, L'Accueil Bonneau, CACTUS, Le Centre d’Amitié Autochtone, le Centre Saint James et d’autres. Ces différentes expériences ont permis de Un premier constat de succès a pu être fait au vu des éléments suivants : un taux de rétention de plus de 95%, une satisfaction globalement élevée tant du côté des participants que de la part des groupes partenaires, un désir de renouveler l’expérience, là encore de la part des uns et des autres.
L’ensemble des expérience menées dans ce projet a fait l’objet de relevés de données aux fins d’études et principalement d’évaluation du degré d’amélioration perçue grâce à l’implantation de grilles d’évaluation administrées par l’équipe de Dianova en collaboration avec l’équipe de Michel Perreault du centre de recherche de l’hôpital Douglas et chaque nouvelle expérience vient contribuer à relever plus d’information et à cibler de mieux en mieux les meilleures pratiques en liens avec les objectifs généraux du programme.

Référence : Perreault, M. White, N.D., Moisan, D., Landry, M., Mercier, C., Fabres, É. (2005). Clients’ Perception as an Outcome Measure of Clinical Improvement in Outpatient Psychiatric Services. Presented at the World Psychiatric Association Annual conference, June 17th 2005.